Le journaliste Jamal Khashoggi a été victime d’un “assassinat barbare” qui a été “planifié”, affirme le président turc, Recep Tayyip Erdogan

Spread the love

Le meurtre du journaliste a été “planifié, affirme le président turc, nous avons des éléments solides en ce sens”. Recep Tayyip Erdogan s’exprime, mardi 23 octobre, devant le Parlement à Ankara, trois semaines après la mort du journaliste Jamal Khashoggi, à l’intérieur du consulat du royaume à Istanbul.

Riyad tente de protéger son prince-héritier. Après avoir assuré que Jamal Khashoggi était sorti vivant du consulat, Riyad a reconnu sa mort, mais prétend désormais qu’il s’agissait d’une rixe qui a mal tourné, alors que de nombreux éléments indiquant une opération préparée ont été publiés dans la presse internationale. Objectif : protéger tant bien que mal Mohammed Ben Salmane, l’héritier du trône. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a à nouveau promis, mardi, une enquête “approfondie et complète”, ainsi que des mesures pour qu’un tel meurtre ne puisse pas se reproduire.

Pression américaine. Après la succession de révélations dans la presse, toutes plus glaçantes les unes que les autres, la version de Riyad a convaincu peu de monde et surtout pas les Occidentaux. “Je ne suis pas satisfait de ce que j’ai entendu”, a dit lundi à la presse le président américain Donald Trump, qui avait déjà déploré la veille les “mensonges” de Ryad.

Un “Davos du désert” dans la tourmente. Un forum international sur l’investissement, marqué par des désistements en cascade de dirigeants étrangers et chefs d’entreprise, s’est ouvert mardi à Riyad. Mais la conférence, destinée à attirer les investissements étrangers vers l’Arabie saoudite, est éclipsée par le tollé international consécutif au meurtre de Jamal Khashoggi.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password