URGENT MALI – des vidéos sur la supposée fraude circulent, l’internet coupé à Bamako selon la presse malienne

Spread the love
  • 1
    Share

Mercredi 15 août 2018, à 22 heures.

A quelques heures des résultats du 2ème tour, des vidéos de la supposée fraude électorale circulent actuellement sur les réseaux sociaux. 

Hier, mercredi 15 août 2018, dans la nuit, Tiébilé Dramé, le directeur de campagne de Soumaïla Cissé était face à la presse au quartier général (QG) de campagne sis à Hamdallaye ACI 2000 de Bamako pour dénoncer le bourrage des urnes au nord du Mali, plus précisément dans la région de Kidal. Au cours de ce point de presse, Tiébilé Dramé a projeté une vidéo de plus d’une minute où on voit deux personnes en train de voter pour le candidat de leur choix à la place des autres. Dans cette vidéo, pendant que la première personne est entrain de voter, la seconde remplissait la fiche d’émargement de la liste électorale.

Au delà de la dénonciation verbale, cette fois-ci, le directoire de campagne de Soumaïla Cissé apporte également une preuve visuelle du bourrage d’urnes effectué au nord du Mali. Animant un point de presse hier dans la nuit, Tiébilé Dramé a projeté une vidéo qui dépasse tout entendement. En effet, dans cette vidéo d’une minute et 28 secondes, on voit deux personnes  en train de voter tranquillement à la place des autres électeurs au nord du Mali, plus précisément dans la région de Kidal. Selon le conférencier Tiébilé Drame, le bourrage des urnes  est en marche. « Voila l’explication des 11 300 voix attribuées au président sortant ou de 9 978 voix à lui attribuer contre toute logique. Le bourrage d’urne en marche devant vous, sous vos yeux. Quand on vous dit qu’on bourre les urnes et qu’il n’y a pas eu de vote dans ces zones, voila une illustration concrète. Deux personnes occupant un bureau de vote en train de voter tranquillement», a-t-il dit. A ses dires, on ne peut pas être fiers des résultats que l’ont obtient dans une telle élection. « Quand nous disons que nous n’acceptons pas des résultats manipulés par la fraude, vous pouvez bien le comprendre aujourd’hui. Il y en a qui sont fiers d’affirmer qu’ils ont gagné avec de tels résultats. C’est pourquoi, nous disons que ces zones grises où il y a eu bourrage d’urne ne sauraient être prises en compte dans ce processus », a souligné Tiébilé Dramé.

Jeudi 16 août, à 1 h du matin, l‘internet coupé au Mali

Selon la presse malienne, le débit internet est actuellement réduit au maximum rendant quasiment impossible d’ouvrir une page web sur les navigateurs.  FACEBOOK et WHATSAPP qui restent les deux lieux privilégiés de dialogue sont bloqués et aucun VPN ne les feront fonctionner.

La première vidéo montre un homme introduire directement son bulletin de vote dans la boîte à scrutin. Cet homme n’a présenté aucune carte électorale et pièce d’identité, des éléments fondamentaux qui permettent de vérifier s’il est bien inscrit sur les listes électorales. L’enveloppe électorale et les différents bulletins de vote ne lui sont pas non plus présentés. L’isoloir qui permet d’assurer le secret de vote est également absent dans ce bureau de vote. 

Vidéos publiées par le Directoire de campagne de Soumaïla Cissé

 

La deuxième vidéo montre deux hommes sont filmés en train de traficoter le fichier électoral et les spécimens. Le premier signe les Spécimens officiels du bulletin de vote du second tour 2018, et le second dépose ses empreintes sur tous les noms des citoyens de cette même circonscription. 

Ces vidéos sont-elles la cause de l’interpellation de l’équipe de communication du candidat de l’opposition à l’élection présidentielle au Mali, Soumaïla Cissé? 

Six communicants, ont été interpellés et placés en garde à vue dimanche, en plein second tour. 

Cinq des six hommes ont été relâchés sans aucune poursuite après avoir été détenus pendant deux heures dans un commissariat du centre de Bamako, a indiqué à l’AFP l’entourage de M. Cissé. Leurs ordinateurs et téléphones ont été saisis.  

“Le procureur qui les a relâchés sans aucune charge leur a demandé s’ils travaillaient sur des vidéos”, a ajouté cette source, soulignant être toujours “sans nouvelle” du sixième homme, un technicien-monteur de nationalité ivoirienne.   

“Maltraité et torturé”. Abel Kouassi Konan, un employé de Smartmedia, l’agence qui s’occupe de la communication de Soumaïla Cissé, “a été libéré après trois jours de détention par la Sécurité d’État du Mali”, a indiqué dans un communiqué le directoire de campagne du chef de file de l’opposition. 

“Abel a été maltraité, torturé et est présentement hospitalisé”, ajoute l’équipe de Soumaïla Cissé, qui était opposé dimanche au président sortant Ibrahim Boubacar Keïta.   

Le technicien “a été enfermé sans eau, sans nourriture, en plus des actes de maltraitance qui ont gravement affecté sa santé. Tout ce qui lui est arrivé est de la responsabilité unique de la Sécurité d’État du Mali, qui le détenait depuis le 12 août sans aucune raison valable”, ajoute le texte. “Nous ne commentons pas ce genre de communiqué”, a réagi une source sécuritaire malienne.

Pas de fraude électorale au Mali, selon les observateurs de l’UE

Les observateurs envoyés au Mali par l’Union européenne ont dit mardi avoir observé des irrégularités lors du second tour de l’élection présidentielle, mais pas de fraude électorale.

“Le vote s’est globalement déroulé dans le calme, en dépit d’incidents relatifs à la sécurité dans le centre et le nord”, a déclaré la chef de la mission, l’eurodéputée italienne Cécile Kyenge.

“Nos observateurs n’ont pas vu de fraude, mais des problèmes d’irrégularités”, a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse à Bamako, citant des menaces de groupes armés et un défaut de communication entre les agents électoraux.

Le second tour opposait le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, alias IBK, à l’opposant Soumaïla Cissé, ancien ministre des Finances.

Aucun résultat n’a encore été communiqué, mais Cissé, comme après le premier tour, a dénoncé lundi une fraude électorale et a appelé ses partisans à ne pas reconnaître la victoire attendue de Keïta.

La participation a été très faible, estimée à 27% seulement des huit millions d’électeurs inscrits.

Au premier tour, le 29 juillet, IBK avait obtenu 41% des suffrages, loin devant les 18% de Soumaïla Cissé.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password