Emmanuel Macron: “On met trop de pognon et on déresponsabilise.”

Spread the love

SANS LANGUE DE BOIS – Dans une vidéo partagée mardi soir sur les réseaux sociaux par sa conseillère en communication, Emmanuel Macron se livre à quelques réflexions “informelles” sur la politique sociale, alors qu’il prépare le discours qu’il doit tenir ce mercredi devant la Mutualité française. Le langage est plutôt direct…

La séquence, partagée mardi soir sur les réseaux sociaux par sa conseillère Sibeth N’Diaye, met en scène le “brief” d’Emmanuel Macron avant le discours qu’il doit tenir ce mercredi après-midi devant Mutualité française à Montpellier sur la pauvreté, les inégalités, les aides sociales et le “reste à charge” en matière de soins.

La conseillère vante, dans son tweet, un Président “toujours exigeant”, “pas encore satisfait du discours” qu’il doit tenir, et qui prend soin de préciser sa philosophie en la matière. Mais c’est surtout la nouvelle saillie sur les aides sociales qui risque de retenir l’attention dans cette séquence en apparence “informelle”.

“Les gens sont quand même pauvres”

Il y a deux semaines, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin avait déjà semé la pagaille en estimant qu’il y avait “trop d’aides sociales” en France, des propos qui avaient valu aux membres du gouvernement de s’expliquer à plusieurs reprises sur les intentions de l’exécutif en la matière. Edouard Philippe s’en était expliqué sur LCI.

Cette fois, c’est le chef de l’Etat lui-même qui met les pieds dans le plat. “On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif”, lance Emmanuel Macron à ses interlocuteurs. “La politique sociale… Regardez : on met un pognon de dingue dans les minima sociaux, et les gens sont quand même pauvres. On n’en sort pas. Les gens naissent pauvres et restent pauvres. Ceux qui tombent pauvres restent pauvres… Il faut qu’ils puissent s’en sortir.”

“Responsabiliser” les pauvres

Ce faisant, Emmanuel Macron martèle son credo en tapant énergiquement sur son bureau : “Prévenir et responsabiliser”. Et d’ajouter, plus tard : “Prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu’ils sortent de la pauvreté”.

“Et sur la santé, c’est pareil”, conclut le Président, vantant au passage sa réforme de la prise en charge des soins dentaires et auditifs. “Avec le reste à charge zéro, on rembourse mieux les soins pour éviter de payer beaucoup plus après. C’est une politique de responsabilité collective.” “Là, il y a un fil directeur”, vante Emmanuel Macron. “Avant, c’était de la lasagne faite avec de la paëlla.”

Cette sortie présidentielle a mérité une explication de texte de sa ministre du Travail mercredi matin. “Vous connaissez le président de la République… Il a un langage parlé, pas convenu. Il ne fait pas un discours formaté”, a expliqué Muriel Penicaud sur France Info. “Ce qu’il veut dire, c’est qu’il vaut mieux prévenir que guérir.”

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password