Les pistes du gouvernement pour lutter contre la pauvreté

Spread the love

Le plan anti-pauvreté devrait être dévoilé dans la première quinzaine de juillet. Le « Journal du Dimanche » a dévoilé plusieurs mesures.

 

C’est le texte qui devrait faire pendant à la politique d’Emmanuel Macron jugée trop à droite par ses détracteurs. Début juillet, le chef de l’État, souvent qualifié de « président des riches », doit présenter son plan anti-pauvreté. Une annonce pourrait même être faite lors de son discours prévu devant le Congrès à Versailles.

Ce 10 juin, le Journal du Dimanche a dévoilé les premières mesures qui devraient figurer dans ce plan anti-pauvreté. Quelques unes étaient déjà connues comme une nouvelle aide pour la garde des enfants des plus modestes ou l’automatisation du versement des minimas sociaux. Le but est d’œuvrer pour que l’intégralité des ayant droits touchent les aides sociales. Un bonus-malus pourrait ainsi être mis en place afin d’inciter les administrations à réduire les taux de non-recours.

Le gouvernement pourrait par ailleurs se rapprocher d’un revenu de base. En effet, parmi les mesures, « un versement social unique » devrait être annoncé. L’intégralité des aides serait ainsi versée en une fois. Le texte anti-pauvreté pourrait aussi étendre le plan « zéro chômeur » à une cinquantaine de territoires de plus.

Plusieurs mesures pour les plus jeunes

L’accent sera également mis sur la petite enfance. L’accès aux modes d’accueil de la naissance à 3 ans pourrait ainsi être rendu universel. Un système de bonus-malus serait également utilisé dans les crèches, en fonction du nombre d’enfants pauvres accueillis. Toujours pour les enfants, un petit-déjeuner gratuit pourrait être mis en place dans les écoles de même qu’une tarification progressive de la cantine.

Par ailleurs, la période de la formation (et non scolarisation) obligatoire devrait aller jusqu’à 18 ans. Une garantie de ressources devrait être mise en place pour compenser un potentiel manque à gagner.

4 Comments

  • Gilbert Diderot Reply

    11 juin 2018 at 15 h 18 min

    Pendant que ce gouvernement va prendre des mesures pour lutter contre la pauvreté, le couple présidentiel a dépensé 50 000€ pour renouveler la vaisselle du palais…..

  • ramdame Reply

    11 juin 2018 at 15 h 21 min

    Mais elle commence où ,pour eux ,la vraie pauvreté ? si je vais travailler pour un salaire de « misère » je met ms enfants à la crèche et bénéficie de …etc .,ne vaudrait-il pas mieux revaloriser les salaires ? et ls « pauvres » qui ne travaillent pas mais vivent d’aides ,ils vont en avoir un peu plus ? et ls gens qui travaillent sans salaires mirobolants ,ils font quoi pour eux ,ils ls logent dans quelle catégorie et ceux qui ne sont bons qu’à payer ,ils ls classent où ? en recherche d’électorat

  • La politique de la gribouille Reply

    11 juin 2018 at 15 h 25 min

    Ca continue, les mesures au jour le jour; la politique de MACRON réduite a une gestion financière décidée a bruxelles et exécutée au profit des plus favorisés.
    cette annonce qu’il va s’occuper des pauvres n’est destinée qu’a cacher les désastres de sapolitique extérieure militaire et diplomatique après le camouflet cinglant du g7.
    au bout d’un an l’échec est cuisant: inflation de1,7% au dernier trimestre, augmentation continue de la dette et des dépenses publiques, stagnation du chomage alors qu’il baisse partout en europe, baisse de la consommation…
    MACRON et son équipe de marketeurs start upers ruinent le pays et son la risée des autres nations.

  • Le Français Reply

    11 juin 2018 at 15 h 26 min

    Libérer l’employabilité est censé permettre d’employer tout le monde, la lutte contre les discrimination aussi (et donc résoudre les problèmes de banlieues en même temps) donc zéro soucis de pauvreté car tout le monde avec un salaire, un emploi, fini le désespoir, l’oisiveté obligée, … [on voit parfois des gens salariés qui dorment dans leur voiture, ça ne doit donc pas être si simpl(ist)e qu’un pur engrenage mécanique qui entraine toute la machine].
    Pour verser des aides regroupées & réformées, qq propose que ce soit géré (automatiquement) via les déclarations de revenus (où y a les infos utiles) et évite les dossiers hors sol (fraudes possibles), mais parait que certains pas imposables n’en font pas. étonnant, si besoin de papier « pas imposable » il faut déclarer, même 0€/an.

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password