Le président de la République, qui s’est entretenu successivement par téléphone avec Donald Trump et Theresa May, estime que le Conseil de sécurité de l’ONU doit « maintenant » reprendre « l’initiative ».

 

Emmanuel Macron a estimé samedi qu’après les frappes menées en Syrie par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, le Conseil de sécurité de l’ONU devait « maintenant reprendre, dans l’unité, l’initiative sur les volets politique, chimique et humanitaire ». Le président français s’est entretenu successivement par téléphone avec Donald Trump et Theresa May.   « Il s’est félicité de l’excellente coordination de nos forces avec celles de nos alliés britanniques et américains lors de l’opération contre les capacités chimiques du régime syrien, qui a atteint ses objectifs », a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

 

« Le Conseil de sécurité des Nations unies doit maintenant reprendre, dans l’unité, l’initiative sur les volets politique, chimique et humanitaire en Syrie, pour assurer la protection des populations civiles et pour que ce pays retrouve enfin la paix », a ajouté la présidence française. « Sur chacun de ces sujets, la France continue à proposer et agir comme nous le faisons depuis onze mois », a-t-elle conclu. Sortir de « l’impasse syrienne » La Russie a échoué samedi au Conseil de sécurité de l’ONU à faire condamner lors d’un vote un projet de résolution condamnant les frappes occidentales en Syrie, alors que les Etats-Unis affirmaient être « prêts à dégainer » de nouveau.

 

La France de son côté a annoncé le dépôt prochain d’une nouvelle résolution à l’ONU pour sortir « de l’impasse syrienne ». Emmanuel Macron a pour la première fois ordonné une opération militaire d’envergure, en décidant de mener des frappes, avec Washington et Londres, contre le régime syrien de Bachar al-Assad, responsable selon lui d’une attaque à l’arme chimique le 7 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *