Le procureur Mueller considère toujours le président comme sujet de son enquête mais ne dispose d’aucune charge permettant de l’inculper.

Le président américain Donald Trump n’est pas considéré « à ce stade » comme un suspect dans l’enquête russe de l’équipe du procureur spécial Robert Mueller. Le Washington Post, qui se réfère à trois sources non identifiées, écrit qu’il considère le président américain comme « sujet » de son enquête. Ce terme signifie que la personne continue à faire l’objet de l’enquête mais qu’il ne dispose pas de suffisamment d’indices pour engager des poursuites.

Ancien directeur du FBI et ancien procureur fédéral, Robert Mueller est chargé de déterminer s’il y a eu une collusion entre l’équipe de Donald Trump et la Russie pendant la campagne de l’élection présidentielle de 2016. Le président américain dénonce cette enquête comme une « chasse aux sorcières » dirigée contre lui. Moscou dément toute implication des autorités russes dans la campagne américaine.

Bonne nouvelle pour Trump ou ruse du procureur ?

Le Washington Post révèle également que le procureur spécial a dit aux avocats du président qu’il prépare un rapport sur les actions de Donald Trump et sur une possible obstruction à la justice de sa part. « Robert Mueller a réitéré la nécessité d’interroger Donald Trump, à la fois pour comprendre s’il avait l’intention […] de contrecarrer l’enquête russe et pour compléter ce volet de son enquête », est-il écrit.

Selon le journal, les proches du président américain estiment que les propos de Robert Mueller sont une façon de dire que les risques de poursuites pénales sont faibles. D’autres conseillers craignent au contraire une ruse du procureur afin d’attirer le président dans un interrogatoire qui pourrait être dangereux d’un point de vue juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *