L’Algérie, le cauchemar de Macron

Spread the love
  • 2
    Shares

Une déstabilisation de l’Algérie à la suite de la mort du président Bouteflika ou à une révolte est depuis longtemps l’angoisse première de l’Elysée et des services français de sécurité.

C’était début février. Nous demandions à un haut responsable français ce qui inquiétait le plus Emmanuel Macron. Une nouvelle crise financière ? Une cyberattaque massive des Russes ? Des frappes américaines sur l’Iran ? “Vous n’y êtes pas”, a répondu ce personnage central de la Macronie. “Le cauchemar du résident de la République c’est l’Algérie. C’était aussi celui de ses prédécesseurs. Les plus hautes autorités de l’Etat sont terrifiées par la perspective d’une grave déstabilisation de notre ancienne colonie après la mort de Bouteflika [président depuis 1999].”

Cette confidence date de plusieurs jours avant les manifestations de la jeunesse algérienne contre un cinquième mandat du président grabataire. On imagine donc aisément qu’aujourd’hui l’Algérie est plus que jamais le sujet numéro un de préoccupation de l’Elysée. Une grave crise politique dans ce pays si proche -suite à une révolte de la jeunesse et/ou une disparation de son président – risque, en effet, de poser des problèmes considérables à la France.

En 2014 déjà, un document confidentiel du Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie du Quai d’Orsay s’intéressait à la “nécrologie prospective” (sic) représentant une menace pour la France :
“La mort d’un dirigeant, était-il écrit dans cette note du 2 décembre 2014 adressée au ministre Laurent Fabius et à laquelle nous avons eu accès, n’est pas forcément source de crise, mais plusieurs pays présentent une fragilité particulière lorsqu’ils réunissent les trois facteurs suivants : l’âge avancé du dirigeant ; la concentration excessive du pouvoir ; l’absence de mécanisme de succession”.

Suivait une liste de cinq dirigeants dont la mort pourraient créer une grave crise : Paul Biya au Cameroun ; Idriss Déby au Tchad ; Nursultan Nazerbaev au Kazakhstan ; Issayas Aferwerki en Erythrée et Hun Sen au Cambodge ; et donc d’abord et avant tout Abdelaziz Bouteflika.

Quatre raisons à cela :

L’Algérie est l’un des principaux fournisseurs d’énergie de la France (10% du gaz importé) ;
En cas de déstabilisation profonde du pays, des centaines de milliers de jeunes (les moins de 20 ans représentent la moitié des 42 millions d’Algériens) pourraient tenter de rejoindre la France par tous les moyens, y compris avec des bateaux de fortune, ce qui, à l’évidence, poserait un défi politique majeur au gouvernement français ;

D’autant que l’immigration algérienne en France et sa descendance est nombreuse et attentive à ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée;

Enfin, la précédente crise politique algérienne à la fin des années 80 a ouvert la voie aux djihadistes qui ont semé la terreur dans le pays pendant une décennie et menacé la France à plusieurs reprises. Autant de perspectives qui évidemment inquiètent Emmanuel Macron au plus haut point.

Vincent Jauvert

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password