En s’appuyant sur le rapport de la Cour des comptes, Édouard Philippe a étrillé la gestion budgétaire de François Hollande. Une vieille ficelle politique.
Fidèle à sa posture mitterrando-gaullienne, Emmanuel Macron refait « le coup de l’héritage ». Comme la gauche en 1981 avec le bilan de la droite. Comme la droite en 1986 avec le bilan de la gauche. Comme, en réalité, tous ses prédécesseurs l’ont pratiqué depuis trente ans, à l’exception notable de François Hollande qui s’en mord encore les doigts. Faute d’avoir audité les comptes de la France laissés en succession par Nicolas Sarkozy, l’ancien chef de l’État a dû assumer seul les conséquences politiques du coup de bambou fiscal qui en a découlé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *